De A à Vin

Une vision du vin charpentée, des explications souples et condensées sur sa dégustation, et surtout une énorme envie de partager... Bienvenue sur le blog de "A à Vin" par Roman Tartarin

En savoir plus

De la bouteille à son expression

Petit préambule...

Après les vinifications, les différents élevages, le vin est confiné dans son écrin en verre. Une fois commercialisé, stocké en cave, vient le moment de l'apprécier à sa juste valeur. Il nous vient maintenant une batterie de questions dont quelques unes feront l’objet de ce billet : le carafage sert à quoi en fait ? Peut-on carafer tous les vins ? Quelles carafes pour quels vins ? Surtout ne paniquez pas, le temps de revêtir une cape de super héros et je suis à vous ! Je plaisante bien entendu mais je vais cependant partager avec vous mon opinion et mon expérience sur ce sujet afin de vous faire devenir un “carafeur” hors pair !

Pour bien brosser ce thème du carafage, j'ai opté pour une présentation en trois parties :

  • Celle-ci, plus globale où je parlerai de l'évolution du vin en bouteille et de l’action de carafer.
  • La deuxième, axée sur les types de vins qui sont bons à carafer.
  • Enfin la dernière, plus pratique, consacrée au choix de la carafe et aux astuces et conseils de carafage.

De la jeunesse à la vieillesse en bouteille...

Le vin évolue à son rythme dans la bouteille, il bouge avec le temps, il respire par le bouchon et c’est tant mieux. Si vous consommez un vin rouge très jeune, c’est à dire dans l’année de sa mise sur le marché, celui-ci vous offrira bien souvent des tannins vifs, puissants voir agressifs. Souvent ces vins donneront une impression de solidité et de chaleur qui empliera tout votre palais et vous les trouverez une fois sur deux trop astringents à votre goût. Ensuite viennent les vins âgés de 5 à 10 ans qui, avec patience, se sont affinés dans votre cave. La texture en bouche sera plus harmonieuse, le vin vous paraîtra plus équilibré et les expressions en bouche que vous citerez iront de corsé, charpenté à rond et ample pour les plus anciens. Avec les années, une métamorphose s’exerce et les qualités organoleptiques de vos vins à vieux millésimes changent. Je parle dans ce cas des 15 ans et plus. Le langage de dégustation devra s’adapter à leur grand âge. Ce seront des vins fragiles, leur apparence aura probablement changé avec une perte de couleur, pour passer à une robe plus claire, plus orangée, plus madérisée. Ces vins chargés d’histoire sont aussi chargés d’un dépôt constitué essentiellement de la chute de la matière colorante, de tannins, de tartre et d’autres constituants. (Après le carafage, un billet décantage sera prévu) Passons maintenant au carafage !

Chuuut ... 23 ans qu'elles dorment!

Déchausser le vin pour mieux le rechausser

Le carafage est l’action de mettre le vin contenu dans sa bouteille d’origine vers une carafe en verre. Cette opération va permettre au vin de s’ouvrir au contact de l’oxygène afin qu’il dévoile tout son bouquet. Le vin, grâce à une surface de contact plus importante avec l’oxygène va permettre au tannins de s’arrondir, provoquant une sensation d’assouplissement en bouche. On va donc gagner en rondeur et perdre en dureté. Avec plus d’ouverture, le vin va également libérer ses composés aromatiques et sera d’avantage mis en valeur. Comme autre point positif, la disparition d’éventuelles odeurs de réduits. En effet, un vin en cave depuis un certain temps et mal entreposé (exposition à la lumière, une cave mal régulée etc.) peut dévoiler des odeurs prononcées de renfermé, de moisi, de pierre à fusil, d’eau croupie. Négatif dans un premier temps, l’odeur se dissipera rapidement pour laisser place à une bonne expression aromatique.

A noter que l’odeur bouchonnée sera malheureusement irréversible malgré un excellent carafage ! Nous en reparlerons.

Le carafage des vins rouges et le carafage des vins blancs...

A suivre dans le prochain billet !

Roman.

Commentaires

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Partager

<WSGIRequest GET:<QueryDict: {}>, POST:<QueryDict: {}>, COOKIES:{}, META:{'CONTENT_LENGTH': '', 'CONTENT_TYPE': '', 'CSRF_COOKIE': 'de83bdf540bc03bca4b998f3cc9ea527', 'DOCUMENT_ROOT': '/usr/share/nginx/html', 'HTTP_ACCEPT': 'text/html,application/xhtml+xml,application/xml;q=0.9,*/*;q=0.8', 'HTTP_ACCEPT_ENCODING': 'x-gzip, gzip, deflate', 'HTTP_HOST': 'vineolia.fr', 'HTTP_USER_AGENT': 'CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)', 'PATH_INFO': u'/cahier/roman-tartarin/post/de-la-bouteille-a-son-expression/', 'QUERY_STRING': '', 'REMOTE_ADDR': '54.161.25.213', 'REMOTE_PORT': '46484', 'REQUEST_METHOD': 'GET', 'REQUEST_SCHEME': 'http', 'REQUEST_URI': '/cahier/roman-tartarin/post/de-la-bouteille-a-son-expression/', 'SCRIPT_NAME': u'', 'SERVER_NAME': 'vineolia.fr', 'SERVER_PORT': '80', 'SERVER_PROTOCOL': 'HTTP/1.0', 'uwsgi.node': 'lucile', 'uwsgi.version': '2.0.15-debian', 'wsgi.errors': <open file 'wsgi_errors', mode 'w' at 0x68f4a5c08e40>, 'wsgi.file_wrapper': <built-in function uwsgi_sendfile>, 'wsgi.input': <uwsgi._Input object at 0x68f4acae0198>, 'wsgi.multiprocess': True, 'wsgi.multithread': False, 'wsgi.run_once': False, 'wsgi.url_scheme': 'http', 'wsgi.version': (1, 0)}>

Les meilleurs billets